Sage

S'ouvrir


Que reste t'il de toute cette vanité ?
Un sourire, pauvre et fragile
Tendu, un souvenir
Qui s'enfui, amer
Une attente qui se perd, s'oublie
Une tristesse qui n'arrive pas à faire son deuil
Vers la peur, l'ennui, le vide
Une main qui s'ouvre et laisse partir
Sérénité en souffrance
Hors de tout orgueil, amour propre ou raison
A outrance.

Quitter cette vie
Fuir, s'enfouir, ne plus souffrir, ne plus subir.
Je cherche dans le sexe une espèce d'extase mystique
L'amour divin absolu, le don total
Rien à voir avec le plaisir ou l'hédonisme
C'est une quête totalement désespérée
Je suis poète
Je fais des mots avec mes lettres
Et plus qu'une seule obsession
Avoir des lames de rasoir classiques dans mon portefeuille
Pour pouvoir m'échapper en cas de nécessité.

Je rêve d'une bonne bouteille de Porto
D'un paquet de cigarettes
Et laisser couler les larmes de mes poignets à la gouttière
De lame à larmes
Les yeux sur la Garonne
De vague à lame
Couler vers l'océan.

Mélange, en partage
Saigner
Se mêler et se perdre
Changer le cours du temps
Pour une fois décider
S'ouvrir
Comme une femme



   Jp 16 mars 2004   


Commenter
*(anti-spam) Entrez : sés@me dans la zone email ci-dessus.
Partager

Twitter Facebook Google Plus Linkedin email