Enfanter

La machine à bulles


Parfois dans la rue, les jours de vent
La machine à bulles de sa fenêtre
Du quatrième étage laisse échapper
Ses perles
En chapelet

Elles s'espacent dans l'espace, changeantes
Ephémères
Ovoïdes et huileuses
Renvoyant les couleurs
En arc et en ciel

La bulle prend le passant par surprise
Le force à lever des yeux étonnés
Ralentit sa course citadine
Appele un sourire
Parfois un regard d'enfant réveur

Lointaine, la machine à bulles
Garde son mystère
Poétique



   Jp 21 avril 2004   


Commenter
*(anti-spam) Entrez : sés@me dans la zone email ci-dessus.
Partager

Twitter Facebook Google Plus Linkedin email