Sain

Refuge


Elle s'efface
Comme une brume
Qu'un coup de vent éloigne
Vers nos amours
A jamais

Seins
Serrement
Aimer

Elle s'efface à la craie

Le désir intime des ordres
Serais-je libre de quelques rêves ?

Je veux voir en corps pétiller les yeux
De la femme que j'aime

Le fleuve clapote
Gros comme la vie palpite
Détonante ...

Nomade's land ...



   Jp 25 novembre 2004   


Commenter
*(anti-spam) Entrez : sés@me dans la zone email ci-dessus.
Partager

Twitter Facebook Google Plus Linkedin email