Glaner

Floflotter


Le temps passe lent
S'étend floflottant le long de son court
Si nu, en nuit, nonchalance
Je suis ces mots
Ils tombent comme des gouttes
Coulant des doigts
Ballade oisive sans but
Sans début ni faim
Comme des notes de couleurs pales
Le temps est allaité
Au chaud d'une douceur fade moite
Je veille toujours là rivé
Un éternel besoin de sens
Se manifeste quand on s'arrête
Les yeux perdus dans les vagues
Haut ou bas, gauche ou adroit
Sans queue ni tête
Virilité ou raison
Juste à temps
Souffle
Les pensées seins si nus
Peut-être besoin de plusieurs elles
Pour voler haut loin
A l'arrêt alité
La montre hait l'heure
Tout ce qui attrait autant est faux
Fouler du pied d'un pas aveugle
La teinte vert tendre en vertiges
Vestiges de maux passés
Un sempiternel manque reste coi
Un doux murmure te tu toi
Jeûne sans fin
Pauvres sont les gens sans art
Déclin d'oeil
Puissant
D'or



   Jp 13 juin 2005   


Commenter
*(anti-spam) Entrez : sés@me dans la zone email ci-dessus.
Partager

Twitter Facebook Google Plus Linkedin email