Ouvert

Calme


Au bord de l'eau, baignées d'ondes
Les herbes hautes aux caresses des rives
Et seul, est-ce bercé
Entre souffle et courant
Frémissent et se détendent
D'un long baiser

Puis sans réfléchir
Cueillir la fleur sauvage
Attentif immobile
Bruissement de feuillages
Qui se mêlent ennivrés
Oisifs pépiements
Des oiseaux de passage
Sur une feuille posée
En grande précaution
La laisser s'en aller
Au gré des regards
Et du temps qui passe



   Jp 18 avril 2006   


Commenter
*(anti-spam) Entrez : sés@me dans la zone email ci-dessus.
Partager

Twitter Facebook Google Plus Linkedin email