Résolument

Bandé


En plein milieu de jours qui passent très passent
Prairies et collines, monts et vals
Ces lents étangs lacs
Toute ces eaux qui nous séparent
Clarté espoir lumière
Qui fort souffle sensuel et s’enlace ?
Deux vents

Quand l'attente, dure terrible étranglante à mourir
Diffuse aussi son lot de plaisir amer
Malgré fatigue sueur souffrance
Sang sel
Ne rien lâcher



   Jp 29 juillet 2006   


Commenter
*(anti-spam) Entrez : sés@me dans la zone email ci-dessus.
Partager

Twitter Facebook Google Plus Linkedin email