Populaire

Le vent, la jupe et la cravatte


Ce matin comme toutes les semaines j'ai été faire les courses, il y avait du vent et il a fait voler mes pensées, comme il soulevait la jupe d'une dame poussant son cadi.

Hormis le fait que ce n'était pas désagréable ce paysage intime offert bien innocemment par ce petit vent mutin (à déraciner les arbres) et la complicité bien complaisante de cette dame d'avoir choisi cette tenue. Choix tout relatif d'ailleurs puisque cet attribut vestimentaire féminin (que les Écossais me pardonnent) fait partie de la panoplie conventionnelle du trousseau de ces dames depuis des décennies. Montrant à l'instar d'un voile islamique l'appartenance sociale à une classe féminine soumise au dictat du désir masculin, qui n'a qu'à soulever d'une main désinvolte ce fragile rempart de vertu pour se satisfaire. Je n'ai pu m'empêcher de penser au contrepoint masculin à savoir la cravate dont à chaque fois la vision n'est pas sans me rappeler les bourgeois de Calais se présentant corde au cou en signe de soumission. C'est à peu près le même genre d'idée qui doit pousser ces cravateux, fort distingués au demeurant, à arborer cet attribut comme on porterait sa bite au cou, rassuré de faire ainsi partie d'une classe sociale intégrée, revendiquant leur soumission à la hiérarchie des valeurs et des us de notre société, méprisant ceux qui ne s'y reconnaissent pas. Je me demande bien d'ailleurs à quoi pouvait être utile cet accessoire, léger tour de gorge pour ne pas prendre froid ou fermeture de chemise quand on avait perdu le bouton de col. Alors que d'après une récente étude britannique elle serait surtout un véritable nid à microbes au point que l'on conseille aux médecins de ne plus la porter, ou alors aux patients de préférer un médecin femme.

Il me semble pertinent par simple principe de précaution que Sarko interdise provisoirement le port de la cravate, dans un pur esprit de santé publique. Et comme évidemment en France l'esprit civique manque un peu de tenu, d'instaurer des contrôles inopinés ainsi que des caméras automatisées de détection afin de verbaliser immédiatement le moindre contrevenant. .



   Jp 25 novembre 2006   


Commenter
*(anti-spam) Entrez : sés@me dans la zone email ci-dessus.
Partager

Twitter Facebook Google Plus Linkedin email