Optimiser

Maudit français


Le français est râleur. Il faut le reconnaître, il a la critique facile et abrupte. Il est foncièrement indiscipliné, adepte de la mauvaise foi, et profondément chauvin même s'il s'en défend. C'est globalement vrai, difficilement contrôlable, et le plus souvent insupportable pour ses hôtes.

Alors que nous rechignons à brandir notre drapeau tricolore même pour la fête nationale, et que nous ne le faisons quasiment que lors d'une finale gagnée de la coupe du monde de soccer (ce qui, soit dit en passant, est plutôt rare) nous sommes en fait excessivement attachés à nos valeurs culturelles, à tous ces petits détails insignifiants qui nous rendent excessivement suffisant quand nous voyageons. Que ce soit la suprématie absolue de notre art culinaire, à la qualité de notre vie, ou de notre pensée critique. Nous adorons polémiquer sur tout et rien, même et surtout si cela ne sert à rien, avec cette indissoluble propension à nous mêler de ce qui ne nous regarde pas. Et ce n'est pas le fait de le reconnaître qui arrange les choses. Nous sommes le plus souvent assez vite classés en personnage imbu, arrogant, prétentieux, jouissant d'un fort complexe de supériorité et définitivement intolérant. Affublé de ce costume (qui nous habille chaudement pour l'hiver) il ne faut pas s'étonner que nous ayons dans notre beau pays quelques légers problèmes d'intégration des populations d'immigrants, et par ricochet quelques difficultés à nous intégrer nous même hors de notre contexte. Se connaître soit même, la platonicienne sentence du temple de Delphes, me semble bien approprié dans ces conditions pour essayer de tempérer ces travers. Même s'il est toujours difficile de s'excuser d'être ce que l'on est, rien n'empêche d'essayer de s'améliorer, tout en s'acceptant.



   Jp 28 décembre 2006   


Commenter
*(anti-spam) Entrez : sés@me dans la zone email ci-dessus.
Partager

Twitter Facebook Google Plus Linkedin email