Réalité

Bob Dylan Ottawa 2007


"How does it feel to be without a home" C'est drôle, mais quand il a entamé cette chanson, je savais vraiment de quoi il parlait, et d'être un "complete unknown" en transit dans un autre pays, tous mes biens sur mon compte en banque et le reste tenant dans mon sac à dos. Rolling Stones dans la nuit canadienne. Libre et sans assurance. Les grands concerts sont toujours une surprise. Bob Dylan un demi-siècle de musique pour ce petit homme au chapeau blanc qui a 66 ans nous offre ce show. Je ne m'attendais à rien en venant, sinon de dire, j'ai vu Bob Dylan en 2007 à Ottawa ça fait toujours bien dans une conversation. Chapeaux ronds et chemises noires, complets marrons gris, ce concert commence doux doux et puis hypnotiquement devient intéressant. Le batteur et le groupe se soudent, le son roule gros vif sec lourd. Le guitariste assure de riffs et réinvente les mélodies des perles de Bob. Les splendides solos d'harmo du maître et LA VOIX. Tout cela s’est mis en place doucement pour donner un combo électrifié d'une très grande qualité rebelle et dangereuse. Oui ça surprend. Certains pourront reprocher la distance de monsieur Dylan qui interdit les photos et vidéos et ne s'adressera au public que pour présenter sommairement ses musiciens, laissant l'écran géant totalement noir du début à la fin, ne donnant à voir que son petit chapeau blanc. Un seul rappel et "all along the watchtower" en conclusion brute violente les mains sur les hanches. Pas une étoile dans le ciel noir, elles ont cédé, par respect, la place.



   Jp 7 juillet 2007   


Commenter
*(anti-spam) Entrez : sés@me dans la zone email ci-dessus.
Partager

Twitter Facebook Google Plus Linkedin email