Inconscient

Hérault à six cordes


Tout cela est bien subjectif, personnel, émotion. Des instants magiques ... que des notes, que des sons.

Jimi Hendrix. Évidemment incontournable principalement pour sa version de Johnny B Good et de All Along The Watchtower la superbe chanson de Bob Dylan. Sinon j'ai une grande préférence pour la série de petits morceaux courts et créatifs qu'il égrène sur son premier album Are you experienced, bien plus que pour ces longues improvisations pénibles qui m'ennuient à mourir. Visionnaire du son, génie stratosphérique écorché qui déchire d'une émotion si forte, hors d'age, qui n'a rien perdu de son urgence ni de sa puissance malgré les années. Indispensable référence d'un monde à six cordes.

Wilko Johnson. Le professeur promène sa télécaster depuis Docteur Feelgood puis Solid Senders. Wilko Johnson est un guitariste rythmique et cela s'entend même quand il nous gratifie d'un solo First Thing in the Morning et c'est pur bonheur. Combien ces quelques notes sont pesantes en tout cas bien plus signifiantes que la logorrhée insipide, bavarde, ennuyeusement assommante que nous assène moult guitars héros, en manque de reconnaissance, plus pour confondre de dextérité que de sensibilité, bodybuilder des phalanges, comme si talent n'était que vitesse d'exécution, confondant émotion musicale et piste de sprint. Wilko est un rocker, classe, élégance et style. Sans arrogance ni prétention, sa musique si respectueusement classique touche de l'évidence sobre d'accords bruts et nécessaires.
wilko

Chris Spedding. Mercenaire de la six cordes, Chris Spedding est un artiste rare par ses albums. L'homme se présente brut, le plus souvent accompagné d'un combo basse batterie, sa Gibson laisse déborder un son gras, pesant, un son qui a roulé et n'a rien à prouver. Hurt by Love et son solo qui dérape par surprise et laisse scotché au siège comme quand on tourne la poignée des gaz d'un gros cube. Hurt reste son grand Opus rock and roll, mais aussi la noire délicatesse d'un I am not Like Everybody Else et son si surprenant Mama Coca, l'homme sait faire pleurer sa guitare en retenue. Les arpèges live caressant et harmoniques de Mary Lou. Les morceaux live en trio avec Tony Machine et Busta Jones. Un air de laisser aller et de pas en faire trop, mais personne ne s'y trompe, Chris Spedding est un guitariste stylé et rare.


spedding

Nile Rodgers. La Stratocaster de Nile Rodgers vous l'avez déjà entendu souvent. Guitariste rythmique et funky, producteur, cet homme a joué avec une multitude d'artistes et sur d'innombrables succès planétaires. Love Somebody Today avec Sister Sledge, Le Freak, la discographie prolifique de Nile Rodgers et Bernard Edwards est truffée de perles guitaristique rythmées tout en finesse et précision, des écrins où poser de chaudes voix envoutantes pour de soyeuses soirées chics. Un trés haut de gamme musical pour un plaisir raffiné et esthète.


chic



   Jp 27 août 2007   


Commenter
*(anti-spam) Entrez : sés@me dans la zone email ci-dessus.
Partager

Twitter Facebook Google Plus Linkedin email