Honorabilité

été des indiens


Des sapins aux érables
Bleu jaune rouge
Vivants et palpitants comme chairs
émues sous le souffle frais frémissent
Les couleurs en taches vives vertes et claires
Baroude d'honneur
éclatant feu d'artifice dont l'oeil ne se repose
Temps, le temps presse
Avant que tout ne s'éteigne en noirs et en blancs
Les oiseaux impatients et inquiets s'interpellent
Le ciel si pur
Des vents imprévus s'empressent dans les feuillages
Qu'ils dispersent effeuillés et roulants au sol
Promesse de caresses sauvages et fauves
Il fait si doux
Il y a tant à voir qu'on voudrait tout garder
Ici même
L'eau tonne et sombre s'enfuit
Déjà des arbres nus dépouillés levant véhéments leurs Branches tordues et tourmentées
Noires dans l'azur
Silencieuse prière à l'hiver qui approche



   Jp 22 octobre 2007   


Commenter
*(anti-spam) Entrez : sés@me dans la zone email ci-dessus.
Partager

Twitter Facebook Google Plus Linkedin email