Sécurité

Ma première bûche


Haaa Canada !!! Vivre au canada c'est aussi redécouvrir une vie saine au contact de la nature sauvage et indomptée. Certaines expériences doivent être vécu afin de se sentir véritablement partie prenante de ce grand pays.


beau tas de bois

Levé de bonne heure avec le soleil, un bon café bien noir au percolateur. Après un coup d'œil circulaire sur les eaux sombres du lac, crépitant d'une multitude de pépites d'argent dans cette journée qui commence. Sans téléphone, ni fixe ni cellulaire, sans connexion internet, ni route goudronnée, une seule chaîne de TV analogique d'une image parsemée de flocon neigeux en toute saison. Fort d'une détermination inébranlable et de la prise de conscience que l'hiver venu quelques bûches de bois sec seront bienvenu dans le poêle à combustion lente qui trône au centre du chalet. Je descends dans la partie atelier afin d'affronter ce tas de gros morceaux de bois qui me défie. Je ne suis pas tombé de la dernière pluie donc après une longue méditation j'ai investi dans l'outil adéquat, de chez Canadian Tire, qui devrait me permettre de faire face en confort au challenge qui m'attend. Le bon outil pour la bonne job est ma devise. Me voila avec ma hache Mastercraft 4lb et 33po qui devrait fendre vaillamment toutes bûches à portée.
ma hache
Choisir d'abord avec soin la bonne bûche. Je prends mon temps pour cette première tentative, je la choisis moyenne avec déjà une fente centrale ce qui laisse augurer d'une certaine tendance à s'ouvrir spontanément à mon désir. Avec respect je la pose devant moi puis en prend la mesure afin de me positionner à bonne distance de frappe. Je me sens bien en confiance avec l'assurance de celui qui assure bien en ces circonstances. Je lève la hache et la laisse retomber de tout son poids sur ma bûche haAan ! Je suis soulagé d'avoir trouvé ma cible, à mon niveau d'expérience ne pas frapper à coté c'est déjà un beau succès, (et d'éviter par la même un de mes pieds également fort rassurant). Par contre, je suis légèrement déçu que la lame ai à peine entaillée la bûche, voila qui n'augure rien de bon n'est-il pas. Nouvelle tentative cette fois la hache rebondit sur le bois dur, j'ai certainement dû frapper un peu de biais.

Troisième tentative, cette fois lancée avec plus d'impact la lame pénètre de quelques millimètres dans la bûche et je dois faire effort pour les séparer alors qu'elles restent soudés dans une étreinte serrée. Une 20aine de coups plus tard, je suis en sueur, je lance de toute mes forces et avec le maximum d'amplitude la Mastercraft à l'assaut de sa cible. En ratant un de mes coups, j'ai réussi à en détacher un morceau de coté. Quelques frappes plus tard, trempé de sueur, un début d'ampoule (la semaine prochaine je mets des gants) je peux contempler avec satisfaction ma première bûche. Coupé en environ 5 morceaux inégaux, dont le plus gros ressemble a un palmier tellement un des sommet est coupés d'entailles qui lui font une dentelle de coiffure du plus bel effet esthétique, mais peu orthodoxe. M'enfin je l'ai fait, me voila devenu bûcheron au Canada ! Vive moi ! A une bûche par semaine l'hiver sera chaud sourire



   Jp 9 juin 2008   


Commenter
*(anti-spam) Entrez : sés@me dans la zone email ci-dessus.
Partager

Twitter Facebook Google Plus Linkedin email