Sens

Les fêtes en France


Meilleurs voeux pour 2010 Santé, Amour et prospérité. Hello! De retour après deux super semaines de vacances de noël en France sourire avec des températures printanières de 15 degrés bien différentes de la rigueur de l'hiver Canadien. Cela faisait deux ans que je n'étais pas revenu, j'ai donc eu droit à un véritable choc culturel. En exclusivité ici et presque à chaud mes impressions de voyages.

Dès L'aéroport on prend un bus de navette. Le chauffeur râle pour les paiements en carte bleu, en fait il râle pour tout. Il faut dire que la circulation est dense et c'est un euphémisme. Il n'a pas du suivre la même formation de chauffeur professionnel que moi, le voila qui colle les autres véhicules, agrémentant son parcourt de coups de klaxon et d'éclat de voix. Pas de doute on n'est plus à Ottawa. Durant deux semaines et grâce à une petite voiture qu'on m'a gracieusement prêtée (merci encore) nous avons eu la possibilité de sillonner la Bretagne. Et il faut bien l'avouer: circuler en France est une expérience périlleuse et stressante. Petites rues, ronds points qu'il faut aborder vite et avec assurance, absolue impossibilité de s'orienter dans les sorties de ville obligeant à demander son chemin. Coups de klaxon exaspérés des autres conducteurs au bord de l'hystérie. Vitesse excessive, incivilité, distance de sécurité nulle, oui vraiment circuler en France n'est pas une expérience relaxante.

En France on mange bon et bien, ca par contre c'est certain, on a pu à maintes reprises le vérifier. Il suffit de choisir le bon petit restaurant plébiscité par des prix récents du guide du routard affichés en vitrine pour ne pas être déçu. La moindre crêperie de village devient l'antre de saveurs oubliées et divines, qui pour quelques pièces dispense des plaisirs sans pareils. Culture, culture du ventre ... la bonne chaire en France est une religion avec laquelle aucune plaisanterie n'est admise. C'est du lourd, du grave, du sérieux. Manger c'est important pour ne pas dire crucial, ultime. En France on vit pour bien manger c'est sans concession (et encore plus en périodes de fêtes). HAaa! les poires de chez ma mère ca fait deux ans que je n'en avait pas mangé d'aussi fraiches, mures, juteuses, sucrées, délicieuses à en mourir, un péché ! C'est un comble n'est-il pas ? clin d'oeil

En France on fait la queue partout. Les queues, des grosses, des longues, des petites, bien trapues gonflées étendues qui se touchent, se frottent, se poussent, mouvent, ondulent, en tentatives de pénétrations urgentes presque frénétiques ou posés en promiscuité obligée et subie. Les queues on y échappe pas. Il y en a partout, pour tout et rien. On fini par se résoudre sans s'y habituer sans trop se plaindre, je n'irais pas à dire y prendre du plaisir, il y a des limites à la perversion. J'ai l'intuition qu'ici personne ne s'en rend même plus compte, se faire une queue est devenue une façon de vivre, un art décadent.

Le sexe ici est partout. Depuis chaque statue dans les parc publics, bien aux vues de tous, sur les étales des marchands de journaux ou dans les pubs télévisées. Tout cela sans même que cela choque ou n'attire vraiment l'attention. Jamais on ne verrai ca en Amérique du nord ou le puritanisme sous couvert de respect d'autrui supprime toute expression publique de nudité. Ici la sexualité le nu est culturellement sublimée: c'est de l'art, ca se pose sur les murs en tableaux, ca s'expose en statue en photos, le cul c'est beau. C'est les fêtes on se régale de pubs culturelles pour eau pétillante à la télé, aucun mal à ca, d'autant que c'est la reprise quasi image à image de la pub de 1976.

Pub Perrier décembre 2009

Pub Perrier année 70

Vraiment super vacances magiques et beaux souvenirs pétillants



   Jp 4 janvier 2010   


Commenter
*(anti-spam) Entrez : sés@me dans la zone email ci-dessus.
Partager

Twitter Facebook Google Plus Linkedin email