Concentration

Je déteste la trempette


Une fois n'est pas coutume mais je me dois d'entretenir courageusement et consciencieusement ma réputation de "maudit français" râleur exilé au Canada. Je prends donc mon courage à deux mains pour affirmer haut et fort : Je déteste la trempette ! Ça fait partie des expériences pénibles que la vie me réserve régulièrement, me prenant toujours par surprise au moment ou je baisse ma garde et que je me sens pleinement en confiance, sans défense et encore endormi. En pleine nuit les yeux gonflés de sommeil et l'esprit encore dans un rêve, je me meus péniblement vers les toilettes afin de soulager un petit besoin, dans l'espoir de reprendre rapidement et paisiblement le cours de ma nuit et le fil de mes rêveries ...

Titubant donc dans la pénombre je m’assois sur la lunette pour ne pas prendre le risque d'en mettre partout (attention fort raisonnable et honorable vous en conviendrez), et c'est la que je déteste vraiment faire trempette de ma virilité dans cette cuvette toujours à moitié remplie d'eau ... Ça fait un réveil brutal et très pénible que j’agrémente d'un ''et merde'' désolé et excédé. Car si en Europe l'eau est particulièrement basse, ici la cuvette est toujours bien remplie sans doute pour exprimer la profusion, c'est certainement l'explication logique de la disparition des bidets d’Amérique du nord. Dans ces instants délicats et intimes, bien réveillé et alors que je me rafraîchi la chose dans l’évier, y allant jusqu’à user de savon antibactérien malgré la sensibilité de l'endroit, je me dis qu'il va probablement être long de retrouver le sommeil. Je me maudis de ne pas avoir eu en cet instant de faiblesse le réflexe de me soutenir en protection, ce que je fais en général pour survivre à cet aspect de la culture canadienne.

Être homme c'est parfois de faire preuve de bien du courage clin d'oeil ^^ et d'adaptation.



   Jp 28 août 2011   


Commenter
*(anti-spam) Entrez : sés@me dans la zone email ci-dessus.
Partager

Twitter Facebook Google Plus Linkedin email