Stabilité

Le médecin de famille


C'est fait je viens de me trouver un médecin de famille ! Je vais encore faire des jaloux puisque de nombreux canadiens en cherche toujours un et qu'ils sont rares par ici. C'est donc heureux que je me rends à ce premier rendez-vous fixé depuis 3 mois dans le cadre de la visite annuelle. Dès mon arrivée je suis pris en main par la réceptionniste qui me demande 2 autographes que je lui donne bien volontiers et sans manière. Je la suis pour contrôler ma taille et mon poids, puis tout en sourire elle me demande de bien vouloir attendre, dans une petite salle privée, la venue du médecin. Windows 7 sur écran plat Bell me conforte dans une première bonne impression positive. Je relaxe dans ce mi-temps de ma journée de chauffeur de bus scolaire canadien.

Une jeune femme brune apparait que je reçois d'un "bonjour docteur" de circonstance accompagné de mon meilleur sourire, qu'elle me retourne rougissante. "Heu non je ne suis pas encore docteur, vous allez la rencontrer tout à l'heure mais c’est moi qui vais m'occuper de compléter votre dossier". Assurément être interviewé par cette charmante enfant avenante ne pose aucun problème. Elle a évidement immédiatement reconnu mon accent français de France et ce d'autant plus facilement que sa mère est elle-même française et tout comme moi préfère vivre au Canada qu'en France. Nous faisons donc gentiment connaissance tout en descendant un questionnaire médical fort complet, qui renforce notre complicité et notre confiance. Je ne suis donc pas vraiment étonné, ni choqué, qu'elle me demande de bien vouloir me déshabiller et de l'attendre quelques minutes. "Complétement ?" "oui".

C'est sans équivoque et je m’exécute. Me voila donc dans le plus simple appareil assit sur la table d’auscultation à l'attendre tout en observant par la baie vitrée du 5ieme étage le trafic sur le parking, espérant que personne n'aura l'idée saugrenue de regarder vers le ciel dans ma direction. Elle revient enfin toujours aussi souriante et rieuse avec ses beaux yeux bruns foncés qu'elle plante dans les miens en m'ordonnant de suivre son regard, son doigt, de fixer son nez, tout en continuant à suivre son doigt. Elle me demande si je vois des points noirs ? Je confirme que non ! Sa peau est parfaite j'ai bien regardé attentivement donc aucun doute. Elle me demande de m’allonger, ça ne se refuse pas.

Elle reprend son exploration, de ma poitrine à mon ventre, de mes doigts à mes pieds. Elle inspecte tout avec attention, massant attentivement chaque espace, pour finir par mes bijoux de famille qu'elle prend bien en main pour vérifier que tout fonctionne bien, dans une caresse enveloppante et roulante. A ce stade c’est certain j'avoue tout ce qu'elle veut, depuis une lointaine appendicite jusqu’à une plus récente fracture du coude, plus rien n'a de secret pour elle et elle sait tout de moi et de mes secrets les plus intimes. Au bout d'une heure, satisfaite elle se relève tout en me conseillant de revérifier moi-même régulièrement que tout est en ordre. Je la rassure en l'assurant que je continuerai comme à mon habitude de le faire tous les jours, on est jamais trop prudent.

Moi qui croyais que le puritanisme nord américain avait tout corrompu, je suis fort aise de découvrir que sous les apparences on ne nie pas les exigences du corps et même qu'on les encourage. Je trouve que c'est très bien de soulager les frustrations sans mettre en péril la démographie nécessaire à repeupler les grands espaces. Cette compréhension préventive de la nature humaine est admirable et m'émeut, et c'est dans cet état d'esprit sain et satisfait que je me rhabille.

Il reste que sur le retour je me demande comment je vais présenter la chose à ma compagne, elle qui était si contente que j'ai enfin trouvé un médecin de (bijoux de) famille ...



   Jp 12 novembre 2011   


Commenter
*(anti-spam) Entrez : sés@me dans la zone email ci-dessus.
Partager

Twitter Facebook Google Plus Linkedin email