Chance

School Bus Driver


Dans la série : Chroniques du Canada par un français de France. School Bus Driver c'est mon métier depuis 4 ans. Tous les jours d'école je prends la route. j'aime cette sensation me lever tôt et partir dans la nuit. Inspecter mon bus, sous la pluie, dans la neige, dans le froid. relever les innombrables points de contrôle pour déterminer si je peux partir. Si la réparation peut attendre ou dois être faite de suite ou si au pire je peux avoir un bus de spare. Déneiger, gratter la glace des vitres et rétroviseurs. Aller faire le plein du bus et au besoin rajuster les niveaux.

Un bus se conduit aux rétroviseurs, j'ai en sept et aucun n'est de trop. La sensation de conduite est très agréable, déjà par la position sur la chaussée : le bus est très haut sur la route. On domine et on voit loin, bien plus haut que nos collègues des bus rouges de la ville. Bus jaunes de ramassage scolaire et bus rouges de la ville d'Ottawa. A nos heures nous pullulons dans la ville, aux effigies de nos teams. Comme les motards ou membres d'une secte secrète ou d'un clan, on se salue entre nous. Un salut de la main que j'affectionne et qui accompagne comme une signature nos journées, ponctuées de good morning puis de have a good night. Bus que l'on croise tous les jours à peu prés aux mêmes endroits. Parents qui m’envoient la main et même petits enfants qui me saluent sourire J'adore cette simple reconnaissance, tu existes, je t'ai vu, je fais attention à toi.

Souvent en tant que professionnel de la route, je me considère comme un facilitateur de circulation. Il m'arrive d'interposer mon gros corps jaune afin de protéger ou de débloquer les situations ou permettre justement qu'il n'y ait pas blocage et améliorer la sécurité et le trafic. Faciliter la fluidité, c'est une grande satisfaction personnelle d'avoir amélioré la vie d'une ou deux personnes par un petite aide toute simple et discrète sur la route. Tout roule en douceur et dans le meilleur des mondes, parfois ça le fait et un regard, un signe de la main, le souligne. C'est important de faire attention aux autres. Un sourire bien placé peut sauver une vie j'en suis certain, j'essaie juste de participer et d’être présent. Anticiper pour ne pas subir. Laisser passer. Ne pas trop s'avancer pour ne pas bloquer une intersection, prend ton temps je te protège etc ... La encore un petit geste de la main signifie, je t'ai vu, tu existes, je fais attention à toi, merci de ton aide ...

Je déteste les soleils rasant qui d'un coup éblouissent sauvagement, laissant lunettes et pare-soleil si impuissants qu'il faut se protéger d'une main pour suivre sa route. Je n'aime pas trop la pluie qui colle au pare-brise, ni la buée qui l'accompagne. Buée et condensation sont les ennemis de mes vitres. J'aime rouler quand il neige, on se croirait dans une boule qu'on a bien secouée et retournée sur la table, c'est une très bonne sensation. J'aime bien mon bus conventionnel. Un gros couple qui permet de monter vite à 30 40 50 60, sans pouvoir dépasser le 100 tout en étant au rouge du compte-tour. Par contre la puissance et le couple à basse vitesse sont puissant, presque vif en accélération et capable de me sortir de 30cm de neige et de belles montées.

J'aime quand mon bus est vide, que la journée est finie, et que tout s'est plutôt bien passé. Et je ne vous ai même pas encore parlé des enfants sourire

Et parce-qu’il n'y a pas que le travail dans la vie quelques photos de notre weekend chalet sourire

neige au chalet
neige au chalet
neige au chalet
neige au chalet



   Jp 9 décembre 2012   


Commenter
*(anti-spam) Entrez : sés@me dans la zone email ci-dessus.
Partager

Twitter Facebook Google Plus Linkedin email