Langage

Système Phénix : la crise


Voilà environ deux ans qu'on entend parler des ratés du nouveau système de paie Phénix pour les fonctionnaires du Canada. En tant qu'informaticien professionnel j'ai eu la charge du changement d'un système comptable, ce qui m'a occupé pendant prêt de deux ans, je connais donc bien les enjeux et la rigueur que cela impose. Jamais, au grand jamais, je n'ai vu quelque chose de pareil.

Imaginez l'ambiance chez les fonctionnaires : certains ne sont plus payés ou si peu qu'ils sont au bord de faire faillite, d'autres sont trop payés (jusqu'à plus de 600 000 $ sur l'année). C'est plus de 70 millions de dollars payé par erreur à plus de 26 200 employés travaillant partout au pays, ne faisant plus partie des fonctionnaires actifs ou même étant à l'étranger. Le gouvernement estime pouvoir récupérer à l'amiable un tiers de cette somme et demande aux fonctionnaires ayant trop perçu de rembourser, tout en étant incapable de dire à chacun de quel montant il s'agit.

Depuis plus d'un an des équipes renforcées travaillent à tenter de faire fonctionner le système, sans être parvenu à résoudre tous les cas de dysfonctionnement en souffrance. La période de déclaration des impôts qui approche va être un casse tête monumental, car beaucoup vont devoir payer des impôts sur des sommes qu'ils n'ont pas perçus, sans que les sommes trop perçues soient régularisés.

Les surcoûts occasionnés par la correction du système sont exorbitants et viennent s'ajouter au coût initial déjà particulièrement salé. La priorité du gouvernement est de payer à tous ses employés ce qui leur est du et qui est en souffrance depuis presque deux ans, mais il est clair que plus personne ne maîtrise ce que ce monstre fait, ni n'est capable de donner de vrais chiffres sur toute cette affaire.

Il va bien falloir un jour que l'on commence à pointer les responsables d'un tel gâchis et je ne parle pas seulement des primes substantielles qui ont été distribué lors de la mise en place de ce système de paie gouvernemental. Affaire à suivre ...

Addendum : Petites précisions récentes : L'ancien système marchait très mal et surpayait aussi c'est une des raison qui ont mené a phénix mais dans le même temps l'ancien gouvernement conservateur a réduit de moitié le personnel de paie et l'a reclassé d’où une grande perte de compétence. Le logiciel en lui même ne serait pas en cause mais le paramétrage des règles de paie (très nombreuses et complexes) a dépassé les compétences qui restaient ...



   Jp 8 février 2017   


Commenter
*(anti-spam) Entrez : sés@me dans la zone email ci-dessus.
Partager

Twitter Facebook Google Plus Linkedin email