Investir

De ci de là, cahin caha


Depuis que j'ai quitté la France, j'ai totalement versé dans le numérique. Mon expérience de transplantation à l'étranger a eu cette conséquence : dorénavant je refuse systématiquement de m’alourdir de tout superflu n'investissant que dans des biens qui me sont utiles quotidiennement et refusant d'accumuler inutilement quoi que ce soit, tout mon univers personnel et culturel tenant sur quelques disques durs.

Plus aucune revue, ni livre, ni cd, ou autre. Le seul livre papier que j'ai parcouru étant la bio de Keith Richard qu'un de mes amis travaillant dans une librairie m'avait offert. Ce qui ne veut pas dire que je ne suis pas l'actualité, à l'occasion, mais je ne lis au grand jamais le dernier livre qui vient de sortir j'attend patiemment et sans précipitation quelques années quand je n'ai plus rien d'autre à faire.

Ainsi il m'arrive de feuilleter quelques pdf dégotés au hasard de mes pérégrinations virtuelles, comme cette fin de semaine ou je me suis offert le luxe de visionner un magasine masculin du temps ou Hillary était la favorite et Juppé le prétendant de la primaire de droite qui s'organisait. Avec le recul c'est vraiment extraordinairement jubilatoire et sublimement savoureux de lire toutes les conneries à la chaîne qui y sont écrites tout au long d'interviews s'enorgueillant de vous donner accès au sérail du panthéon de l'idéologie élitiste ambiante, au point de se demander véritablement quel intérêt à lire tous ces colporteurs prétentieux de l'actualité en direct.

Vraiment mes amis je ne saurais trop vous conseiller de prendre de la distance par rapport au quotidien, et de retrouver le goût d'un autre temps : celui du journal qui arrive cahin caha avec au moins quelques mois de décalage :-) et faites vous une vie douce comme un sirop d'érable.


chalet fin mars



   Jp 26 mars 2017   


Commenter
*(anti-spam) Entrez : sés@me dans la zone email ci-dessus.
Partager

Twitter Facebook Google Plus Linkedin email