Réaliser

Le brin de muguet



Dans la vie de tous les jours je dois reconnaître que rien, vraiment rien, ne me manque de la France. Mais dès que mai pointe, l'odeur du muguet me tente. Hier j'ai vu les premières jonquilles, ce qui veut dire que les tulipes ne vont pas tarder, les feuilles sont déjà sorties. Quelques bourgeons commencent à pointer sur les arbres les plus précoces. A Ottawa les tas de glace se font rare et ont pour ainsi dire disparu sous les trombes de pluie qu'on a reçu, et qui cumulées à la fonte des neiges ont provoqué de grosses inondations un peu partout. Aujourd'hui répit, c'est le printemps, tout va bien et on annonce un 30 degré.

L'herbe d'abord cuite et rousse au sortir de sa longue hibernation sous la neige, recommence à être bien verte. Les rues ont retrouvées leur taille normale, les équipes de la communauté urbaine ont rebouché sommairement une bonne partie des nids de poule, et les rouleaux nettoyeurs débarrassent les rues des résidus de petites roches, de sable et autres, accumulés pendant les déneigements de l'hiver.

Comme tous les ans je fais trois écoles, dont une de grands et les parents ne les accompagnent plus, sauf un grand père d'origine asiatique qui est la tous les matins par tous les temps pour son petit fils qui a bien grandit. Il y a quelques années je faisais déjà ce spot et j'ai retrouvé bien des petits de l'époque. Il y a quelques semaines et pour la première fois le vieux monsieur m'a fait un sourire et depuis c'est quotidien, il en faut du temps avant que la confiance et le respect s'installe mais ça fait chaud au cœur. Ça touche comme hier lors de l'embarquement une toute petite fille haute comme trois pomme s'arrête me fixe sérieuse droit dans les yeux et me décoche "Hi Jp moi c'est Myriam" touché direct.

J'ai hâte aux prochaines fins de semaine pour retrouver la vie de chalet. Beaucoup de chose à faire pour préparer l'été. Plus que deux mois d'école avant les grandes vacances que j'attends comme un enfant. Comme tous les ans, pour mon brin de muguet, j'irai vers la fin mai sur le parterre foisonnant d'une de mes anciennes écoles.



   Jp 27 avril 2017   


Commenter
*(anti-spam) Entrez : sés@me dans la zone email ci-dessus.
Partager

Twitter Facebook Google Plus Linkedin email