Ardeur

Piquantes, mordantes, pullulantes bestioles



Je n'aime pas cette période de l'année. Tous les ans c'est pareil d'une manière ou d'une autre.

Ce fut une semaine laborieuse, de celle ou l'on perd par inadvertance ses automatismes et tout marche un peu de travers avant qu'on les retrouve en tâtonnant. Pour finir j'ai abandonné à mi-chemin la longue marche arrière sur notre chemin pour nous garer au chalet. Je ne la sentais pas, trop proche de la pente qui dévale vers le lac, ou des rochers de l'autre coté. Pas envie de prendre le risque d'y laisser la voiture. J'ai tiré le frein à main et on a continué à pieds. C'est rare, d'habitude je le fais comme un charme, à la volée.

Débarqués de la voiture, les choses se sont immédiatement précisées avant même d'avoir refermé les portières. Nous voilà pris dans un bourdonnement intense et comme un nuage d'insectes de toutes formes et de toutes tailles, principalement essaims de petites mouches noires férocement carnivores mais pas que ... Les mains chargées de nos sacs, direction le chalet, avec toutes ses bestioles vibrantes tout autour de nos visages, sans aucun respect de la moindre zone de confort et trop contentes de l'aubaine que nous représentons. Elles nous collent, tel une meute de paparazzis et de fans affamés qu'on essaie de fuir, évitant d'ouvrir la bouche et même de respirer, rentrant la tête dans les épaules et nous hâtant dans la plus grande précipitation pour vite se barricader à l'abri en toute intimité. Et quand on se croyait sauvé, c'est les fourmis qu'il va falloir combattre aussi à l'intérieur.

Les fourmis je vais m'en charger, par contre pour les mouches noires il va falloir attendre que les libellules (Oh que je les aimes celles la) fassent le ménage ce qui devrait prendre au moins trois quatre semaines. Pour l'instant il n'y a pas encore de libellule. Donc je sors le moins possible. Si je dois le faire pour quelque ouvrage, c'est couvert de moustiquaire ce qui n'est vraiment pas agréable. Je n'aime pas cette période de l'année, tous les ans c'est pareil, vivement juillet. Fin de semaine de grand ménage de printemps à l'intérieur. D'autant que le temps est totalement bouché et pluvieux, d'ailleurs ça commence. A Ottawa nous avons moins ces problèmes, et dimanche soir nos quelques tulipes sauvages devraient peut-être enfin être ouvertes.

C'était une très belle fin de semaine au chalet. (En rappel ce post de mai 2009 Les mouches noires âmes sensibles s'abstenir photos explicites) :

nid
Comme tous les ans sur la fenêtre les oiseaux font leur nid
chez nous
Bienvenue chez nous sourire



   Jp 14 mai 2017   


Commenter
*(anti-spam) Entrez : sés@me dans la zone email ci-dessus.
Partager

Twitter Facebook Google Plus Linkedin email