Optimiser

Silence dans le bus



Jeudi matin j'en ai eu mare. Je trouvais qu'ils en faisaient trop à l'arrière, du genre faire des signes aux voitures, se mettre à danser, être trop bruyant. Après 8 ans je suis capable d'en prendre et d'être patient, mais en arrivant à l'école, et en sécurisant le bus, les réflexes ont agit à ma place. J'ai sèchement positionné le point neutre et enclenché le frein à main. Puis j'ai laissé les choses se faire spontanément, mon corps déjà en mouvement, indépendamment de toute autre réflexion superflue. Je me suis levé, et direct vers les places arrières, profitant totalement de l'effet de surprise car ils n'ont pas l'habitude de me voir ailleurs que derrière mon volant . Debout dans l'étroit couloir central du bus je ne ressemble pas du tout à un enfant de 10 ans, mais plutôt à un géant touchant pour ainsi dire le plafond et remplissant tout l'espace, interdisant toute fuite. Créant un effet de stupeur silencieuse et attentive quand ils prennent conscience de ma progression déterminée.

Là je me suis lâché, assez calmement, mais très directif. Leur débitant tout en anglais (excusez du peu), ma façon de voir qui était que : Leur attitude était incorrecte. D’emblée j'ai ciblé le chef de la bande, pour lui énumérer ce qui n'allait pas et lui dire que j'attendais une autre attitude de sa part et de dorénavant choisir une place et ne plus en changer pendant tout le trajet. Tout en vérifiant à quelques reprises qu'il comprenait ce que je lui baragouinais dans mon fort accent français anglais, et ça avait l'air d'être le cas. Pour compléter le tableau il faut dire que j'ai tendance à parler avec les mains pour appuyer mon propos tout en les hypnotisant, (ce qui n'est pas dans les habitudes canadiennes, mais bien difficile pour mes origines latines de ne pas prendre le dessus en de telles occasions). Ensuite j'ai fais la leçon au groupe, un peu plus pédagogiquement, insistant sur la sécurité "savety" et les risques de leurs mauvaises conduites qui pouvaient affecter la mienne ainsi que celle des autres conducteurs. Je suis retourné m’asseoir, dans un silence affligé de circonstance, avant de leur ouvrir la porte, les laissant à leur journée de classe et à leurs réflexions, tout en restant moi-même comme toujours dubitatif quant à ma prestation, me demandant comment j'aurais pu faire mieux et si j'avais bien tout dis entre la forme et le fond.

Le lendemain vendredi, pour ainsi dire pas une mouche ne vole, du moins pas bruyamment. Une impression d'être seul dans le bus. Certes je sais bien que cela ne durera pas, mais quand même impressionné par l'efficacité de cette intervention. Avec le temps et l'expérience, j'ai développé une certaine manière de faire personnelle. Ne jamais trop élever la voix (sauf si nécessaire) et essayer d'être le plus bref concis mais bien compris, surtout ne jamais me lancer dans de longues explications ou je m'embrouille dans la langue, ne pas attendre d'autre réponse que "Yes" et l'obtenir.



   Jp 28 mai 2017   


Commenter
*(anti-spam) Entrez : sés@me dans la zone email ci-dessus.
Partager

Twitter Facebook Google Plus Linkedin email