hardi

Ma vie est un compte de faits



Des cases que l'on coche comme n'étant plus à faire
La liste s'allonge et s'efface
Certains définitifs
d'autres toujours à refaire

Il y en a des glorieux et d'autres beaucoup moins mais nécessaires
et personne n'y échappe, ils s’enchaînent les uns aux autres ou solitaires

Quand on croit s'en absoudre on se leurre
car même ne rien faire est tâche éphémère
Bien plus exigeante qu'il n'y parait

Et que dire de ces fous qui sont persuadés
qu'on ne mesure le faire qu'en espèces sonnantes et trébuchantes
comme unique étalon de son poids et de sa qualité




  Jp 24 juillet 2017   


Commenter
*(anti-spam) Entrez : sés@me dans la zone email ci-dessus.
Partager

Twitter Facebook Google Plus Linkedin email