Ebats

Kim Simmonds, Jazzin' On The Blues


Mitigé, c'est ce que j'éprouve le plus souvent à l'écoute de Kim Simmonds, cet album solo ne fait pas exception. J'adore le concept, acoustique, épuré, deux guitares rythme et solo. Des relents de soirée improvisée entre potes, nostalgie d'anciennes amitiés disparues dans le labyrinthe du temps qui passe et nous vieillit inexorablement, à ceci près que Kim Simmonds fait seul le son de ce disque instrumental (Yeah!), et même la pochette (aie!)

Le temps ne semble pas avoir de prise ici. Certes rien de bien nouveau, novateur, exceptionnel, qui ferait crier au génie, que nenni, et c'est d'ailleurs un reproche. C'est bien correct, et j'ai le respect de l'artiste, je devrais dire de l'artisan, car c'est de cela qu'il s'agit, un travail d'artisan (voir d'orfèvre) déclinant son savoir faire. Pareil à un boulanger qui se lève tôt et travaille dure sa pâte, pour vous offrir de bonnes baguettes toutes chaudes et odorantes à votre réveil, sans évoquer les croissants au beurre ni les chocolatines. C'est bien, mais ... C'est ce petit mais, inexplicable, qui bémol l'ensemble et je m'en excuse car de quel droit je me permet un tel bémol ? Comme si je m'attendais à mieux, comme si je trouvais que c'était péché de gâcher, qu'il faudrait juste un petit supplément, un je ne sais quoi, qui rendrait tout cela exceptionnellement génial au lieu de banalement bon, très bon même.

Ne vous y trompez pas, qui aime bien châtie bien et j'aurais du plaisir à mettre cet album et à régulièrement le redécouvrir, comme on retrouve un vieux copain, qu'on apprécie et qu'on titille un peu pour mieux le faire briller parce-qu’il ne laisse pas indifférent.

Ce disque traîne discrètement sur ma playlist de la fin de semaine (à la suite du magistral Gunsmoke) et Chantal au bout de quelques morceaux me dit "J'aime bien cette musique" ... Et vous ?

Addendum : Ce disque m'a poursuit du soir au matin, du premier café au dernier, du réveil au coucher, tout du long, thérapeutique, addictif, il me fait du bien. Certaines de ces mélodies me reviennent, il finira incrusté à jamais dans mon âme, notes à notes, quoi que j'en pense et quoi que j'en dise ...


Kim Simmonds
Kim Simmonds




  Jp 15 août 2017   


Commenter
*(anti-spam) Entrez : sés@me dans la zone email ci-dessus.
Partager

Twitter Facebook Google Plus Linkedin email