Assimiler

Sortilège



Samedi fut une grosse journée, ce qui n'est pas une surprise, tous les ans c'est un peu pareil (mais quand même). Levé tôt et départ pour le chalet. Deux heures de route avec arrêt à Gracefield pour dernières courses, principalement pain frais (tout chaud) et une bouteille de Sortilège.

A notre arrivée au chalet: Récupération des 20 grosses bouteilles vides d'eau entreposées en prévision au sous sol et sortie du tuyau d'arrosage pour remplissage, (ainsi que de la grosse poubelle dédiée qui a retrouvé sa place hivernale dans la douche). Toute cette eau hors gel nous permettra de flusher les toilettes durant l'hiver. Balayer les terrasses et les escaliers. Bien nettoyer les gouttières. Rentrer les lourds fauteuils en bois. Ensuite débrancher l'électricité de la pompe. Ouvrir tous les robinets pour faire baisser la pression d'eau et vider les tuyaux, penser à les déboîter pour les protéger du gel. Rembobinage du tuyau d'arrosage devenu inutile. Protection extérieure du tuyau qui relie la pompe au lac. Démontage de la pompe pour l'entreposer dans le salon bien au chaud. Vidange du bidon d'eau chaude. Mise au plafond d'un boitier de connexion électrique mal placé au sous sol. Calfeutrer les portes. Remonter cinq grosses brassées de bois pour faire le plein prêt du foyer. Ratissage des feuilles sur le terrain et sur tout le chemin d'accès... A ce stade il est 16h et je suis cuit, brûlé.

Il fait zéro degré alors que je ratisse les feuilles sur le chemin et dieu sait qu'il y en a car il n'en reste plus aux arbres. Il commence à neiger de tous petits flocons légers, les premiers de ce nouvel hiver ! Ce soir changement d'heure. C'est surement l'explication que je me sente si fatigué, par anticipation, ou peut-être ces quelques verres de Sortilège. Le Sortilège c'est un alcool du Québec mêlant whisky canadien et sirop d'érable. C'est bon, 30 degrés qui réchauffent et une saveur très sirupeuse sucrée (trop peut-être). Je ne peux m’empêcher de comparer au 50/50 notre création personnelle. Pour tout dire et pour la petite histoire, lors de notre première année de production de sirop d'érable, on avait un peu trop chauffé une batch qui avait dépassé allègrement le stade du sirop. Pour voir (ou plutôt pour boire) et ne rien perdre, je l'avais dilué dans du rhum à proportion de 50/50 d'ou le nom. Le résultat fut tout bonnement phénoménal, stupéfiant, grandiose, puissant, brute, intense, subtilement parfumé, goûteux, totalement nature et sans concession aucune. Pas grand chose à voir avec le gout plus consensuel du Sortilège que je vous conseille quand même, bien évidement.

Demain matin retour de bonne nouvelle heure à Ottawa pour un petit dimanche tranquille tout en courbatures, (pas de doute elles seront la, je les sens bien cette nuit alors que je rédige cet article). Je suis content et soulagé, il fallait le faire, c'est fait ! Le chalet est passé en mode hiver et nous aussi sourire

c halloween




  Jp 05 novembre 2017   


Commenter

05 novembre 2017 à 13:02 de Kilde
Je comprend le repas simple et classique vu toutes les tâches !!! Nonobstant je note les breuvages, je sens que je vais tester sous peu, quel manque un magasin québécois ou canadien ici pour trouver du vrai bon sirop et du bon whisky canadien. M'enfin je vais tester votre mélange, j'aime quand ça a du caractère :-p . Bonne soirée à vous deux et bon début de semaine. PS : j'adore toujours autant Jump. Simplement dit

06 novembre 2017 à 02:45 de Jp
Bonne semaine aussi sourire en ce qui concerne utiliser du sirop d'érable du commerce additionner de Rhum je ne garanti pas les proportions, le mieux sera de tester jusqu'à trouver le parfait équilibre ... évidement attention à ne pas trop le perdre l'équilibre clin d oeil (à consommer avec une modération certaine et sécuritaire)

*(anti-spam) Entrez : sés@me dans la zone email ci-dessus.
Partager

Twitter Facebook Google Plus Linkedin email