Penser

Fast Eddie Clarke, Make My Day, Back to The Blues



D'expérience je sais qu'il n'est pas utile de s'appesantir sur ce qui ne va pas, mais de s'appuyer sur le positif et le désirable pour toujours rebondir sans toutefois se voiler la face ou refuser de voir les choses. Tous nous avons nos blessures, nos failles, et nos fragilités, certains plus que d'autres, il en est ainsi. D'expérience je sais aussi qu'il ne faut pas juger les gens trop vite.

Ce fut une semaine difficile pour pas mal de raisons : Fiévre gripale dont je sors à peine toussant encore lourd, arrêt de fumer après avoir repris pour les fêtes, ainsi que diète drastique, difficile d'être père aussi. Nous avons tous notre vécu, nos faiblesses et nos fragilités, blessures qu'il vaut mieux éviter de raviver plus que nécessaire, la vie est comme cela, la vie est ainsi.

De la fragilité et des blessures c'est ce que je ressens à l'écoute de ce disque de Fast Eddie Clarke, avec une surprise certaine car il touche un de mes points faible : Le blues qui est dans le titre, je ne m'y attendais pas et c'est la première raison pour laquelle j'y ai accordé une oreille curieuse. Il faut reconnaître que la vie n'est pas toujours facile ni tendre, les années s'accumulent, la fatigue aussi, les chaos de la route résonnent de plus en plus douloureusement dans notre corps. Certains (la plupart) se sont rangés, d'autres sont encore sur la route mais c'est de plus en plus difficile. Fast Eddie je l'ai croisé (de loin s'entend et il y a vraiment bien longtemps). Dans mes jeunes années un ami métalleux m'avais traîné à son concert certain de connaitre tout le staff et de pouvoir entrer sans payer, en fait on est resté dehors. Fast Eddie était le dernier survivant du trio infernal, enfin jusqu'à ce 10 janvier, j'espère qu'il se sent moins seul au paradis des artistes en souffrance.

Je n'ai pas assez dormi. L'heure tourne, je vais aller me recoucher, tenter de me reposer un peu. Dehors petite pluie verglaçante, travaillera ou pas ? Je ne sais pas encore, mais il faut être prêt quoi qu'il arrive. Je vois la vie comme la route sur la pochette, un soleil qui se lève ou qui se couche tout au bout et encore pas mal de kilomètres à faire pour gagner ma vie avant de rentrer à la maison, viser la bande centrale pour rester sur la route, garder les yeux ouverts.

make my day





  Jp 23 janvier 2018   


Commenter

23 janvier 2018 à 12:34 de Bern Ard
Bouh... tu as l'air d'avoir le moral dans les chaussettes, Ami sourire Si tu peux, tentes de faire une cure de vitamine C... Et discutons en privé, si tu le veux clin d oeil Amitiés Ensoleillées depuis le SO de la Frenchie clin d oeil

23 janvier 2018 à 13:36 de Jp
ba ça va quand même pas pire, mais c'est vrai que le retour du soleil aiderai clin d oeil et la fin de ce rhume et d'une petite gène au dos surement suite pelletage serait aussi bien apprécié ^^

*(anti-spam) Entrez : sés@me dans la zone email ci-dessus.
Partager

Twitter Facebook Google Plus Linkedin email