Changement

Les amants du lac sucré



A notre arrivée vendredi soir il fait environ 3 degrés je trouve nos 20 chaudières assez pleines (mais une seule a débordé). Dans les seaux : un peu d'eau d'érable liquide et tout le reste est gelé. Un énorme glaçon de la taille du seau qui flotte dans un tout petit peu d'eau. Afin de ne rien perdre je les transporte par deux, une dans chaque bras et Chantal entreprend de les décongeler sur la gazinière. Je dois donc faire pas mal de voyages pour transporter toutes mes chaudières, en faisant très attention à ne pas tomber, pour ne rien gâcher, ce qui n'est pas si facile. Il a encore neigé un peu toute la semaine, je marche dans les traces de mes pas des semaines précédentes. J'ai souvenir d'avoir eu bien du mal à me remettre debout, droit dans mes bottes, la semaine dernière après avoir chuté, les jambes entremêlées, dans la pente entre deux érables. Heureusement cette fois tout va bien et je n'en perds pas une goutte. Finalement je dois être bien bon, aie voilà mes chevilles qui enflent ^^

J'ai installé la station d'évaporation sur le balcon, et nous transvasons notre précieux liquide dans notre grosse marmite, (après avoir dégelé sur la cuisinière les énormes glaçons de plusieurs litres d'eau d'érable puis l'avoir filtré pour éliminer toutes les impuretés). Quand je me réveille vers 1h du matin, il me reste à transférer une dizaine de litres qui ne rentraient pas la veille dans notre marmite de 55l. C'est donc environ 70l d'eau d'érable que nous avons récolté cette fin de semaine. Si l'on en croit la météo nous ne devrions pas obtenir grand chose samedi et dimanche la température devant être trop froide pour favoriser la coulée de la sève. En attendant il a neigé et c'est un paysage de plein hiver avec des accumulations généreuses de neige sur les branches des arbres et partout. En théorie nous sommes depuis déjà un bon moment au printemps, dans les faits c'est encore et toujours l'hiver canadien. Rien d'exceptionnel à vrai dire. Les érables arrêterons de couler quand les bourgeons commenceront à pointer sur les branches, ce qui n'est pas le cas, et tant mieux car nous sommes encore éloigné des 10l de sirop d'érable que nous avions produit il y a 2 ans. J'ai souvenir d'avoir ramené en abondance et jusqu'à plus soif des seaux débordants, matin midi et soir, ce n'est pas le cas cette année... pour l'instant.

Samedi 4h du matin, -1 degré, il neige vraiment fort. C'est une véritable tempête de neige qui s'abat sur nous et s'accumule au sol. L'électricité vacille. Dehors sur la terrasse la marmite glougloute dans la tempête. Je vais retourner me coucher, dormir ou me reposer pour la journée à venir. 6h l'esprit tout embué de rêves, une pensée s'impose : Si ça continue on va finir enseveli sous la neige, dans quelques siècles on retrouvera nos corps momifiés par le sirop d'érable, de quoi faire une petite manchette ci-gît les amants du lac sucré. J'ai besoin d'un café et vite !

Dimanche matin en définitive nous avons produit 2l de sirop d'érable soit environ 5l depuis le début de cette saison des sucres, espérons continuer comme cela encore quelques semaines sourire Il est temps de plier bagage, tout ranger et reprendre la route sourire

avril
Notre geai bleu (qui nous sert de sonnette, toc toc) veille sur la porte d'entrée
avril
Paysage depuis nos fenêtres
avril
Dans la nuit la marmite glougloute
avril
Il me reste à déneiger et charger l'auto
avril
Paysage sur la route




  Jp 08 avril 2018   


Commenter
*(anti-spam) Entrez : sés@me dans la zone email ci-dessus.
Partager

Twitter Facebook Google Plus Linkedin email